Un Oeil Dans Bordeaux | « Pilleur de rêves », l’expo de Philippe Mohlitz
Bordeaux, tourisme, bdx, culture, musique, concerts, expositions, blog, gironde, aquitaine
16083
post-template-default,single,single-post,postid-16083,single-format-standard,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,side_menu_slide_with_content,width_470,qode-theme-ver-11.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2.1,vc_responsive,elementor-default

« Pilleur de rêves », l’expo de Philippe Mohlitz

A l’occasion de la fête nationale de l’estampe, le musée des Beaux-Arts de Bordeaux a trouvé le prétexte idéal pour mettre en valeur son riche cabinet graphique (quelques 5 000 pièces recensées). Et c’est une exposition incroyable à laquelle nous avons droit, la première exposition (en musée) de l’artiste graveur Philippe Mohlitz : « Pilleur de rêves ». Immersion en noir et blanc.

 

En remontant l’allée principale du Musée, sous les regards des œuvres de Titien, Caravage ou Bruegel, c’est vers la salle des actualités que nous nous dirigeons, prêts à pénétrer dans un univers sans pareil. Pour la toute première fois, un musée français consacre une large exposition au buriniste Philippe Mohlitz, des œuvres de ses maîtres (Bresdin, Delpech) à des gravures jamais publiées en passant par ses réalisations les plus fournies (jusqu’à six mois de travail pour sa plus grande œuvre).

PM-Les-Pilleurs-d'epaves-sans-charte_web

Les Pilleurs d’épaves – Philippe Mohlitz- 1977, estampe burin ©Bordeaux, Musée des Beaux Arts ©Adagp, Paris 2018

 

Les Visions de Philippe Mohlitz, ces mondes fantasmés et fantasmagoriques emportent l’incongru visiteur dans un monde où l’apocalypse côtoie l’humour et la poésie. Les œuvres sont réparties pour l’occasion en quatre catégories : Étranges machines, Luxuriantes natures, Paysages fantastiques et Percées célestes et souterraines. Le disciple de Bresdin invite en son monde curieux et passionnés à découvrir des estampes uniques aux univers riches, merveilleux et fins.

 Sacré coup de burin

Un coup de burin très fin, millimétré, des jeux de lumières et d’ombres fascinants, l’œil du spectateur se perd (avec ou sans sa loupe) dans la myriade de détails fourni pas les gravures. Au total, une soixantaine de pièces sera présentée jusqu’au 4 juin prochain. Toutes (ou presque) sont la propriété du Musée des Beaux-Arts dont une quarantaine a été généreusement offerte par l’artiste lui-même. Des sculptures uniques au monde et rarement exposées trônent au cœur de cette salle aux mille interprétations.

1995-Nature-morte-au-bateau – Philippe Mohlitz – estampe, burin ©Bordeaux, Musée des Beaux Arts ©Adagp Paris 2018

Le Bordelais secret

« Philippe Mohlitz a pour Bordeaux une tendresse native » annonce François Garcia, conservateur en chef du musée des Beaux-Arts. Derrière ces mots, se cache un homme discret et résolument libre.  « Trop fainéant pour aller à l’usine et trop con pour l’administration » selon lui. Du peu que l’artiste ose dire de lui, on suppose qu’il est natif de la région, qu’il y réside et y travaille toujours. Et de Bordeaux il a tiré certaines de ces sublimes estampes.

 

PM-Paysage-bordelais-sans-charte-web

Paysage Bordelais – Philippe Mohlitz- 1980, estampe burin ©Bordeaux, Musée des Beaux Arts ©Adagp, Paris 2018

Difficile de ne pas voir des mondes autrefois imaginés par Jules Verne ou pour les plus jeunes, des œuvres de Moebius. Mais une chose est certaine, le virtuose du burin et de la pointe sèche ne laisse personne de marbre.

 

Infos pratiques « Pilleur de Rêves »

Quand? Jusqu’au 4 juin 2018.

Où  ? Musée des Beaux Arts – Bordeaux – 20 cour d’Albret

Tarifs: à partir de 3€

Plus d’informations sur le site du musée ICI 

No Comments

Post A Comment