L’Epicurieux – L’attrait du goût

Entre l’envie de découvrir les restaurants de Bordeaux et l’absence d’envie de cuisiner le soir, le choix a vite été fait : « On fait resto ? » Allez ! Notre choix s’arrête sur L’Epicurieux, à deux pas du disquaire Total Heaven et de la place de la Victoire.

 

Situé dans le quartier bien vivant de la Victoire avec ses terrasses qui n’en finissent pas, L’Epicurieux dénoterait presque avec son ambiance intimiste et le peu de couverts proposés par service. Loin de nous rebuter, bien au contraire, nous entrons et on nous installe à une table proche du comptoir et des cuisines.

 

La carte est restreinte (et c’est souvent bon signe, qu’on se le dise) mais pas moins alléchante ! Chaque intitulé de plat nous met l’eau à la bouche, mais c’est vers le menu à 17,90€ (valable le midi et le soir aussi bien en semaine que le week-end – super point) que nous nous tournons. Entrée, plat et dessert à ce prix-là, on hésite à peine ! Le croustillant de gésiers aux champignons et sa compotée d’échalotes à la grenadine nous interpelle … Le mélange sucré-salé est audacieux mais fonctionne à merveille.
Je me découvre par là-même des talents faux-semblant d’œnologue/sommelière insoupçonnés en alliant le plat avec quelques gorgées de vin (un Graves rouge de 2015 « Séduction du Château Tour Bicheau »). Si vous visualisez Rémy, le petit rat dans le film Pixar Ratatouille qui s’extasie dans les mélanges de goût, sachez que vous me visualisez aussi à ce moment-là.

 

« On passe à la suite ? »

 

Le plat, quant à lui … C’est un burger de canard généreux qui nous est amené à chacun. Après la téméraire alliance sucré-salé de l’entrée, c’est un mélange de régions qui s’offre à nous. Le canard du Sud-Ouest rencontre le fromage de l’Est. Buns au comté, rösti alsacien, haché de canard, sucrine, tomates séchées, confit d’échalotes et mayonnaise à l’estragon … C’est d’ailleurs à cet instant que sans honte, nous demandons à la serveuse si le chef ou les fondateurs du restaurant ne viendraient pas, à tout hasard, de l’Est de la France. Entre le comté, le rösti et un magnifique Mont-d’Or (MIAM !) que nous avons vu passer pour être déposé à une autre table, on est en droit de se poser des questions ! C’est donc tout naturellement que la serveuse nous répond « Ah non du tout ! On aime juste beaucoup le fromage ! »
Cette justification nous convient et nous louons leur bon goût. Vive le fromton !

 

Si jamais il vous vient de commander ce plat comme nous, ne vous étonnez pas de ne pas recevoir de frites maison ou autres petits légumes en accompagnement dans l’assiette. Croyez-moi, vous n’auriez de toute façon pas assez faim pour les manger. Et tant qu’on peut éviter le gâchis !

 

« Il me faut un dessert »

 

C’est alors qu’arrive le moment d’achever le repas. Et on commence à le savoir, Guillaume ne peut se permettre de « ne pas terminer un repas sur une note sucrée ». Amen.
Ne souhaitant pas me rendre malade pour avoir trop mangé (c’eut été dommage, vous en conviendrez), je commande modestement deux petites boules de glace, tandis que Guillaume voit sa préférence aller vers le brownie au chocolat noir et aux noix de pécan accompagné de sa boule de glace vanille-macadamia. « C’était bon ? » Un sourire. « OK, pas besoin de me répondre ! »

En définitive, nous avons été ravis de ce moment passé à L’Epicurieux ! L’équipe en salle est très aimable, souriante et se permet parfois quelques familiarités bienvenues détendant toujours l’atmosphère ! La carte réduite assure alors une qualité certaine.

Le midi, le soir, en couple, en famille, entre amis, je recommande sans souci ce restaurant en conseillant toutefois de réserver pour s’assurer une table ! Il me tarderait presque d’y retourner manger le fameux Mont-d’Or … Pas très bordelais, certes, mais tant pis !

Infos pratiques L’Epicurieux

Où ? 24 rue des Augustins à Bordeaux, à côté de la place de la Victoire

Quand ? Du mardi au jeudi : 12h-14h et 19h-22h, vendredi 12h-14h et 19h-22h30, samedi : 19h-22h30

Réservation fortement conseillée – Leur site ICI

No Comments

Post A Comment